OFF
ON
Boxed
Et si l’organisateur d’événement était un « content manager » qui s’ignore ? #contevent

Et si l’organisateur d’événement était un « content manager » qui s’ignore ? #contevent

Le Congrès de l’UNIMEV est l’occasion pour les professionnels de l’événement de parler de la valorisation de leur secteur et actions menées auprès de nombreuses marques. Une manifestation qui m’a poussé à m’interroger sur : comment faire vivre la marque en donnant à voir et à croire ses promesses autour d’un événement ? Une problématique intemporelle pour l’organisateur d’événement de marque. Porter les messages de la marque passent aujourd’hui par la puissance des contenus et des canaux de diffusion.

Pourtant, encore trop souvent aujourd’hui, l’organisateur d’événement s’inscrit dans une logique très calendaire de mise en place d’une rencontre en négligeant parfois l’important de « nourrir » son audience avec des contenus qualitatifs. 

Du « content » (en anglais) qui vient nourrir la promesse de marque et qui permet souvent de légitimer son action tout en s’assurant de la pérennisation des rencontres.

Contraction de « Content » et « Event », le « contevent »  pourrait assez simplement être la logique d’éditorialisation de l’événement.

Quelle démarche peut adopter le « Content Event Manager » dans la construction de son événement et du contenu associé ?

Réfléchir OnOff : 

Il ne faut plus différencier l’événement « réel » ou « virtuel » ! Il n’y plus qu’un seul événement et avec plus de 20 millions de français sur Facebook, on imagine aisément que les publics « connectés »  peuvent également être les publics dits « présents physiquement ». 

Construire une stratégie de contenu ne s’inscrit plus seulement dans la bonne vielle impression du programme papier, de la brochure, du plan d’accueil… elle passe aussi par la dématérialisation de ces différents supports mais également par une phase de réflexion stratégique en amont de l’événement où l’organisateur et son commanditaire doivent réfléchir à quel type de « message »  ils souhaitent émettre. In fine, quelle stratégie éditoriale pour quelle audience afin d’imaginer des grands moments d’attention en amont du jour-J sur le Web / médias sociaux.

La fin du site vitrine événementiel :

Les sites dit « médias » ou « serviciels » sont en plein essor avec des contenus considérés comme ludiques, utiles, experts…  Autour de votre événement, si le but est simplement de valoriser un programme et des temps forts, autant privilégier une billetterie en ligne (ex: Evenium, Eventbrite…) qui permettra de créer un « mini-site ».

 Le site « vitrine » vide de contenu est sur la sellette ! En effet, il génère souvent trop peu de trafic et, à l’ère d’une guerre d’attention numérique forte, son attractivité est trop réduite. Ainsi, ce dernier n’a plus beaucoup de sens, au-delà des belles vitrines web pour une marque de luxe et pour faire rêver autour d’une manifestation. 

En somme, la plateforme numérique autour de la » rencontre » doit être aussi riche que l’expérience vécue par le participant (Livestream, interview et livetchat sur Periscope, livetweet…) … . Les médias sociaux doivent être des leviers pour la diffusion et la conversation. 

Des contenus aux facettes innombrables :

Gifographies, interviews, videos motion design, twittercard, jeux Facebook, Vignettes Vine… le Web ne cesse de révolutionner notre manière de consommer le contenu et la forme qu’il prend. 

L’organisateur d’événement doit se saisir de son meilleur ami « le Web » pour faciliter sa démarche d’organisateur, mais également capter l’attention de ses publics à chaque étape stratégique de la manifestation.

La ligne éditoriale, ligne de fond de l’événement de marque et contenus associés :

Attention, au delà de la forme, la ligne éditoriale est essentielle, tant dans les écrits que dans les sujets adressés. En somme, deux éléments à toujours garder en tête: 

  • quels sont les sujets de préoccupation de mes publics 
  • comment vais-je réussir à capter leur attention autour de ces derniers.
  • l’organisateur doit se saisir des médias sociaux pour générer l’attention et engager ses publics en amont, pendant et en aval de sa manifestation. 

Données, études, speakers, partenaires, l’événement permet souvent de réunir un grand nombre d’experts dans leurs domaines, sans pour autant les inclure dans la logique d’éditorialisation Web de la rencontre. Pourtant, ils peuvent être une source importante de contenu.

Finalement, l’organisateur d’événement serait-il un créateur de contenu qui s’ignore ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 Les articles les plus commentés 

Le digital et médias sociaux au service de l’événementiel

Ce mercredi 5 février 2014, j’intervenais au salon b..

Pourquoi faut-il être présent sur les réseaux sociaux pour trouver un emploi ?

Trouver son premier emploi en tant qu’étudiant ou jeu..

Et si l’organisateur d’événement était un « content manager » qui s’ignore ? #contevent

Le Congrès de l’UNIMEV est l’occasion pour les ..

Réussir l’événement startup? du Garage à la Silicon Vallée !

Si les jeunes diplômés rêvaient autrefois d’intégrer u..